2 fr le devoir

Lawrence O’Hearn, Ontarien de naissance, Québécois d’adoption, ex du comté de Galway en Irlande ; compositeur, joueur de petite flûte irlandaise et de hautbois baroque ; passionné de musiques irlandaise, québécoise, écossaise, acadienne… et classique : il offre ici un disque dénudé et tout simplement très beau. Accompagné par le Dédé Marchand national, qui joue la guitare folk et frappe des pieds avec efficacité et respect. O’Hearn propose des reels ou d’autres styles joyeux et rythmés comme la gigue et la turlutte, mais avec le souffle intime de celui qui accorde toute la place à la mélodie. Il y a aussi les airs lents, inspirés des sean-nós irlandais avec les silences, les respirations et la mélancolie. En plus de l’Irlande, on propose un très beau parcours du Québec en revisitant le répertoire des Billette, Favreau, Carignan, Soucy et autres. On va même jusqu’à Mozart qui ne semble pas perdu ici.

-Yves Bernard, Le Devoir